Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 12:26
Une fatigue physique intense :
Je suis allée trop loin ; j’ai puisé à l’extrême dans mes réserves d’énergie vitale. Chaque nuit de sommeil (quand je parvenais à dormir !) ne suffit plus à me « retaper ».
 
Insomnies et sommeils agités viennent noircir le tableau du malaise physique
 
Dans le même temps, je développe des troubles cardio-vasculaires qui se caractérisent par des tachycardies, palpitations, extra systoles et spasmes : alarmant !
 
Au travail, je manifeste des troubles de la concentration. Il m’arrive de perdre la mémoire et de ne plus être capable de me souvenir du bilan ou de la raison qui a motivé une réunion. Quelquefois, je perds le fil des tâches en cours sur lesquelles je travaille.
 
Sous l’effet d’un rythme de travail intense, sans répit, je me mets à consommer de façon excessive la boisson dite « de récupération » : le café, bien corsé.
 
Epuisée émotionnellement et psychiquement, ne trouvant plus de temps libre, je peine à cuisiner, je perds l’appétit, puis, dans le mouvement, du poids.
 
A force de me surmener et de vouloir dépasser l’insurmontable, le système nerveux est atteint et c’est l’hypotension qui fait son entrée : je descends à 9 de tension.
 
Le système respiratoire est en difficulté, à son tour, et me plonge dans des sensations d’oppression de la poitrine : très désagréables !
 
Et pour couronner le tout, les crises de larmes qui jalonnent mes soirées, après le travail.
 
 Mon corps n’a pas cessé de m’envoyer des signaux d’alarme, des signes réels et évidents de « ras-le-bol ». Je n’ai pas su, ni voulu les écouter. Je ne les ai pas compris.
J’étais dans l’état d’esprit qui consistait à me convaincre que les choses allaient s’arranger et rentrer dans l’ordre. Je vivais un mauvais passage mais j’allais recouvrer la forme sous peu.
« Je suis forte, j’ai la santé, rien ne peut m’arriver ! J’ai toujours réussi ! »  

En vain. C'est en prenant une semaine de congés que mon corps lâche. J'ai eu peur, très peur: j'ai vraiment cru que mon coeur me lâcherait dans la foulée, suite à une crise de tachycardie violente! J'ai dû consulter un cardiologue urgemment. Là-dessus, se sont greffées la dépression et des semaines de sommeil sans fin. Je n'ai plus pu me relever; l'énergie vitale à sec, le moteur de la vie s'est ralenti dangereusement. 

C'est à l'aube du 4ème mois seulement que le brouillard du mal-être physique et psychique s'est dissipé et que j'ai commencé à émerger d'une hibernation forcée.

C'est au 4ème mois que j'ai vu poindre l'espoir d'un mieux-aller et que j'ai repris un semblant de vie normale. Je dis "semblant" car au stade où je suis tombée, l'énergie revenue n'est pas acquise; elle est encore très fragile. L'impression d'une épée de Damoclès au-dessus de la tête me restera pendant longtemps; je n'ai plus droit à de fausses manoeuvres. Je dois respecter plus que jamais les rythmes  biologiques de mon corps et une activité quotidienne normale.
 
« Le burn-out, ça n’arrive pas qu’aux autres ! »  

Partager cet article

Repost 0
Published by Steph-Anne - dans Mon témoignage
commenter cet article

commentaires

Majolie 23/01/2008 21:25

Merci beaucoup pour ce site !Je me reconnais dans la plupart de vos souffrances et dans votre profil psychologique et professionnel. Je suis en arrêt depuis plus de 2 mois pour "état anxio/dépressif majeur réactionnel à une surcharge de travail" (= burn-out) et j'ai encore du mal à l'accepter : comment en effet ce métier que j'aimais, dans lequel j'étais épanouie il y a 6 ans, a fait de moi en 2 ans une vraie loque. Alors mon tempéramment généreuse et perfectionniste et tout ce que vous expliquez si bien dans votre blog liés à un changement de responsable et à une surcharge croissante de travail ont complétement chamboulé mon équilibre personnel et je me suis pris le mur ! en pleine face, il faut donc maitenant ramasser tous les morceaux et reconstruire le puzzle !C'est très dur, comme vous le dites aussi bien pour nous que pour les proches car j'avais comme vous l'image de quelqu'un de forte, entousiaste, disponible.... Enfin, voilà, merci pour ce site qui donne de l'espoir. Je sais que ça risque d'être long pour retrouver le plaisir des choses, mais je sens au fond de moi, que je vais y arriver...

Burn-Out: Témoignage

  • : Témoignage d'un Burn-Out confirmé et d'une Renaissance à la Vie
  • : Au mois d'avril 2006, à 34 ans, j'ai été victime d'un Burn-Out professionnel complet. Aujourd'hui, j'en suis sortie, avec le sentiment de vivre une vraie renaissance à la vie: le souffle de la deuxième chance! C'est dans cette perspective que j'ai créé ce blog, afin de livrer un message d'espoir pour ceux et celles qui sont victimes de l'épuisement professionnel: "Il y a une vie après le burn-out, pleine de surprises et de bienfaits!". Mon conseil: "Lâchez prise!".
  • Contact

Burn-out Conférences

Rechercher

Best-Seller en Suisse