Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 17:23
D’avril 2006 à février 2007 : 10 mois de récupération physique
 
A compter de ma crise de tachycardie violente et de mon premier arrêt maladie, datant du mois d’avril 2006, mon corps s’est enfoncé dans une longue phase de décompression. Le mois le plus critique a été le mois de mai. J’ai cru crever ! Je suis rentrée dans un cycle de vie végétatif. Je mangeais et je dormais….
En pleine éclosion de la nature, à la naissance du printemps, je me trouvais dans le processus inverse d’une hibernation forcée, comme pour préparer, à ma façon, un départ vers le renouveau.
Ce cycle a été lourd psychologiquement parlant. Je suis restée 3 mois allongée la majeure partie de la journée car je ne tenais pas debout. Le moindre effort physique ou de concentration psychologique m’anéantissait. Je parvenais à me lever pour manger, puis j’allais me recoucher. J’ai beaucoup souffert pendant cette période. Lasse de me sentir diminuée physiquement et de m’en sentir totalement impuissante, je suis tombée dans une profonde tristesse morale.
Ce n’est qu’au bout du 3ème mois que j’ai commencé à voir poindre la lumière : je ne me levais plus dans le brouillard et je réussis petit à petit à tenir une journée entière, debout, normalement.
A compter du 6ème mois, je me suis efforcée à marcher au moins 3 heures par semaine.
J’ai recommencé à conduire au bout de 8 mois.
Pendant 10 mois, je me suis centrée sur la récupération physique de mon corps.
J’ai écarté à jamais de ma consommation les boissons alcoolisées et les boissons excitantes telles que café et thé.
J’ai pratiqué l’acupuncture et le shiatsu, deux méthodes qui m’ont aidée à rééquilibrer mes énergies.
Au bout du 10ème mois, je suis redevenue autonome dans mon quotidien, avec l’impression d’un second souffle à la vie : un vrai bonheur !
 
Lorsque l’on est diminuée à un tel point physiquement, lorsque l’on a cru frôler la mort,
la vie prend soudain du sens et sa valeur est précieuse.
 
C’est ainsi que, de mars 2007 à septembre 2007, j’ai entamé un retour profond sur moi-même.
 
J’ai voulu comprendre pourquoi j’en étais arrivée là ! Mais surtout, j’ai eu envie de vivre ma vie autrement. C’était le bon moment pour commencer une psychothérapie.
 
J’ai donc suivi une psychothérapie par le biais de la médiation thérapeutique, ou autrement dit, de la Gestalt thérapie : « comment ne pas retomber dans le burn-out ». A partir de là, on passe beaucoup d’évènements de sa vie en revue….et ça n’est pas léger de conséquences…mais la libération est au bout, si on s’en donne les moyens. J’ai su me regarder en face et j’ai compris.
 
La lecture m’a beaucoup aidée. Les témoignages de personnes victimes du burn-out d’une part ; mais aussi des livres scientifiques sur le burn-out lui-même et des livres d’aide au développement personnel, d’autre part.
Je retiens particulièrement le livre de Michel Odoul « Dis-moi où tu as mal et je te dirai pourquoi ». Ce livre a été une vraie révélation : j’ai compris la vie ! Cet ouvrage a eu un effet salvateur incontestable à mon égard. Il m’a recentrée sur moi-même et a motivé mon désir de vivre ma vie sans ne jamais plus être en rupture avec moi-même. Grâce à cet ouvrage, j’ai réalisé l’existence du corps. J’ai conscientisé l’importance de l’unité et de l’harmonie relationnelles entre esprit, âme et corps.
Je suis allée plus loin dans ma quête de guérison et le deuxième livre de Michel Odoul qui se titre « un corps pour me soigner, une âme pour me guérir » a su répondre à mes attentes sur l’espoir d’un mieux vivre et d’un bien être en accord avec mes propres désirs.
 
J’ai vite compris que j’avais aussi récupéré un héritage psychologique et que l’éducation qui m’a été inculquée ne pouvait pas me protéger du burn-out. J’ai approfondi cet état de fait en me lançant dans la psycho-généalogie : ceci s’est avéré très utile à la compréhension de cycles qui se répétaient dans ma vie.
 
Enfin, je dois souligner que l’astrologie karmique dite astrologie d’évolution m’a éclairée sur bien des points de ma personnalité. L’étude karmique de mon thème natale a rempli mon désir de mieux me connaître et de me reconnaître. Cette quête de moi-même a été à la fois passionnante et symbolique : elle a été le point de départ à ma renaissance et à à une nouvelle vie qui se profile. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Steph-Anne - dans Mon témoignage
commenter cet article

commentaires

Virginie 19/12/2010 20:50



Bonjour Eric,


 


J’ai lu votre premier message il y 1 mois déjà et me suis promise de vous écrire car j’ai aussi ressenti cette angoisse du
futur……heureusement Anah a répondu à votre appel. Je vois votre 2me message et souhaiterais vous répondre en bref. (mon témoignage complet est dans le sondage).


-Aujourd’hui j’ai demandé d’avoir un arrêt de travail d’un an car depuis 2 ans, j’alterne périodes de travail de quelques semaines
puis rechutes. Je me suis dit que ça ne pouvait continuer comme ça et que je devais me remettre complètement avant de retravailler.


-mon niveau d’invalidité lors des premières semaines a été : environ dormir 20h par jour entre-coupé de demis-heures pour manger
ou aller aux toilettes. Après un mois ;j’ai commencé de petites promenades de 10 minutes puis graduellement plus  et 3 mois plus tard, j’ai
recommencé à travailler à mi-temps (obligée).


-j’ai remarqué que ma guérison est en paliers. Quelques semaines avec la même autononmie par exemple il y a 2 semaines je devais
encore faire 2 sièstes par jours, Mon autonomie est par exemple actuellement la suivante : dormir 10h, manger etc. 1h de sièste, manger etc, promenade d’une heure, courses en voiture,
recevoir un ami, soirée paisible et au lit vers 22h.  Je dois être vigilante à respecter ce rythme pour le moment et ne pas croire que ça va de mieux
en mieux graduellement !


-le plus dur pour moi est aussi tout ce qui demande de l’attention (PC, lire, tv,). Parfois même dans un magasin , je bloque devant un
rayon car j’hésite entre 2 produits, je me force alors à soit prendre au hasard soit abandonner car impossible de faire un choix raisonné. Je suis figée.


-Je vous conseille de bien alterner les 3 sources d’énergies : marcher au grand air, manger sainement au moins 3 repas et dormir.
 Parfois je suis tellement fatiguée que je préfèrerait aller dormir sans manger car pas le courage de préparer mais je me force car sinon la faim
disparaît et les muscles fondent (c’est pour ça qu’au début du mon burn-out, comme j’ai dormi pendant 2 semaines quasi sans manger, je ne pouvais plus me lever !).


 


J’arrête pour aller me coucher. J’espère pouvoir vous réécrire demain. Courage. On est beaucoup dans le même cas.  Virginie. Bruxelles.



Eric H 04/11/2010 10:02



Bonjour Anah,


Merci pour votre témoignage et soutien. J'ai cependant quelque questions :


Ou en êtes vous aujourd'hui, en êtes vous complètement sortie ?


Quelles ont été votre niveau "d'invalidité" durant votre burnout ?


Avez vous ressenti une accélération de la guérison à un moment donné, ou évoluait elle plutot linéairement ?


Quel traitement avez vous suivi pour vous guérir, si ce n'est pas indiscret ?


Aujourd'hui cela fait 7 mois que je me repose et seuls le stress et la fatigue diminuent. Mes capacités à faire des choses n'évoluent pas encore.


Je peux à peine marcher 10min par jour, me concentrer 15min d'affilé sur l'ordinateur ou lire, je commence à peine à supporter le bruit.


Je peux à peine conduire 10min. Le moindre effort physique et de concentration m'anéanti encore.


Ma vie devient supportable uniquement lorsque je ne fais rien, ne bouge pas, ne réfléchi pas. Il y a encore 2 mois même ceci n'était pas supportable.


Parfois je me demande si je retrouverai intégralement toutes mes capacités.


Ce qui me fait garder espoir est que je sens que ça avance quand même, cela ne recule pas.


Mais c'est tellement lent.


Merci d'avance pour votre soutien.



anah 02/11/2010 16:13



Bonjour, j'ai eus un "Burn Out" en janvier dernier et je connais d'autres personnes qui en ont déjà eu.


Ce qui est important c'est de ne pas se juger au moment ou on est dedans: le burn out est un mauvais passage mais certainement pas une finalité.


Pour moi, cela a permis de m'apréhender différemment de avant, de m'écouter et surtout d'apprendre à vivre à mon rythme et pas celui imposé par les autres ou par notre société que ce soit dans le
milieu professionnel ou autre.


Nous sommes humains, pas des robots et le corps dit stop quand notre conscience n'arrive pas a le faire. Je trouve cette sécurité "physique" très intelligente car elle brave les lois dans
laquelle notre société accélérée nous plonge. Avec du recul, je pense que je suis chanceuse d'avoir eu un burn out pour enfin, me trouver.


Certes les angoisses, les phobies, les vertiges, les malaises, la fatigue, les idées négatives, la mélancolie etc ne sont pas agréables à vivre mais sachez que le corps réapprend a vivre en
harmonie à son rythme: tout est nouveau pour lui car avant le burn out il subissait l'emploi du temps chargé. Depuis cette expérience mon corps ne forme qu'un avec mon esprit étant en cohérence
et la douceur de vivre est une renaissance pour moi. je souhaite que tous ceux qui connaissent le burn out trouvent la ressource en eux de le transformer en positif.



Eric H 07/07/2010 14:49



Bonjour,


Je suis aussi victime d'un burnout mais non professionnel.


En fait lors de la construction de ma maison je me suis épuisé physiquement et suite à ça j'ai développé de l'agoraphobie : Chaque fois que je sortais de la maison, comme un reflexe, j'étais pris
de violents vertiges, y compris en voiture.


J'ai mis 9 mois à trouver comment faire disparaitre ces vertiges dans les différentes situations et à force de répéter les expositions, je n'ai presque plus d'agoraphobie. Mais j'ai du
interrompre mes expositions (je dois encore en faire quelques unes pour guérir dans tous les endroits) car pendant les 9 mois où je ne trouvais pas de solution pour faire disparaitre mes vertiges
et guérir de l'agoraphobie, je continuai à essayer d'avoir une vie normale et quand je rentais à la maison j'étais complètement épuisé d'avoir subit ces vertiges toute la journée.


Au fil des mois je ne parvenais plus à me détendre jusqu'au mois d'avril 2010 où mon corps a complètement lâché. C'est là que je suis tombé en burnout.


J'ai dormi pendant 2 mois, et depuis un mois je tiens debout mais je ne peux rien faire. Fatigue énorme et surtout crises d'angoisse en permanence.


Maintenant ça va un peu mieux à la maison mais dès que je prends la voiture ou vais en ville ou parle à des gens, les crises d'angoisse augmentent, comme si j'étais devenu hypersensible au
moindre évènement.


Je voulais savoir si vous aussi étiez hypersensible et lorsque vous parliez aux gens le stress augmentait ?


N'y a t il vraiment que le temps, le calme et le repos pour guérir ?


Depuis 3 mois je vis quasiment enfermé chez moi car le mojndre évènement m'augmente considérablement mon stress, vous aussi à l'époque ?


 


Merci d'avance pour vos réponses.



Djuk 31/10/2007 23:14

Ouaouh !! ca fout les boules ton histoire ! c'est vrai que tu parfaitement raison au sujet de la vie ! Ont ne sais jamais à l'avance si demain nous seront encore la ?? Bonne soirée Stèph-Anne :0010:

Steph-Anne 02/11/2007 13:45

Bonjour,et merci pour votre message. Votre réaction me confirme l'effet d'impuissance et de surprise que je tiens à faire passer. Il est important que le lecteur ressente émotionnellement ce par quoi je suis passée, afin d'être conscient des conséquences néfastes d'un burnout. Mais surtout, je tiens à aider et à transmettre du positif.A bientôt. Steph-Anne

Burn-Out: Témoignage

  • : Témoignage d'un Burn-Out confirmé et d'une Renaissance à la Vie
  • : Au mois d'avril 2006, à 34 ans, j'ai été victime d'un Burn-Out professionnel complet. Aujourd'hui, j'en suis sortie, avec le sentiment de vivre une vraie renaissance à la vie: le souffle de la deuxième chance! C'est dans cette perspective que j'ai créé ce blog, afin de livrer un message d'espoir pour ceux et celles qui sont victimes de l'épuisement professionnel: "Il y a une vie après le burn-out, pleine de surprises et de bienfaits!". Mon conseil: "Lâchez prise!".
  • Contact

Burn-out Conférences

Rechercher

Best-Seller en Suisse