Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 13:32

Je n’ai pas choisi mon psychothérapeute à la légère, simplement en ouvrant l’annuaire.

 

Par ailleurs, je ne connaissais pas les techniques correspondant à chaque type de thérapie et je n’ai pas eu le courage, ni l’envie de m’y attarder.

 

Le critère de sélection qui allait guider mon choix était l’expérience.

 

Il me fallait une personne mûre en face de moi, avec de l’expérience, de la sagesse, de l’humilité, de l’écoute et suffisamment de recul.

Je choisirai le psychothérapeute qui sait chercher et rechercher avec moi les failles de ma personnalité et de mon parcours, qui m’ont conduite à l’épuisement professionnel.

Je choisirai le psychothérapeute qui dialogue et qui ne détient pas la vérité ; celui qui accepte de se tromper aussi.

 

Pour trouver celui ou celle qui allait m’écouter et me guider, je me suis tournée vers « Swissburnout », une association de prévention et de recherche suisse sur le burn-out.

Pourquoi cette association en particulier ?

Tout simplement parce que c’est en Suisse que le burn-out m’a rattrapée. De plus, la Suisse est très en avance sur ce mal-être dans la mesure où son nombre de victimes augmente de façon exponentielle.

J’ai été accueillie et écoutée avec beaucoup de respect et de bienveillance.

 

Par le biais de Swissburnout, j’ai pu récupérer le contact d’une psychologue spécialiste du burn-out, résidant en Suisse.

Je me suis tout de suite mise en contact avec elle :

Je suis allée la consulter pour une séance de bilan, 1 an après être tombée malade.

Par la même occasion, je lui ai demandé de me conseiller à choisir un psychothérapeute que je puisse aller visiter régulièrement, en France, dans la mesure où ma convalescence se passait dans le sud de la France.

 

Elle me recommanda d’opter pour un psychothérapeute qui connaît le burn-out dans toute sa dimension.

 

J’ai pu contacter 3 spécialistes et la première question que je leur ai posée était la suivante :

« Est-ce que vous traitez les cas de burn-out et d’épuisement professionnel ? ».

 

C’est ainsi que j’ai commencé une psychothérapie par le biais de la Médiation Thérapeutique, qui s’inspire grandement des techniques de la Gestalt.

Pendant 8 mois, mon psychothérapeute et moi avons travaillé sur ma personnalité, sur des mécanismes et des habitudes bien ancrés qu’il a fallu défaire. Des injonctions liées à l’éducation qu’il a fallu lever.

 

Ma psychothérapeute est quelqu’un de mûre, avec une expérience certaine de la vie et beaucoup de profondeur. C’est quelqu’un en qui j’ai eu confiance car elle a su relever justement ce qu’il fallait résoudre. Le dialogue s’est installé aisément et je me suis sentie comprise : ma psychothérapeute et moi avons su travailler ensemble, pour mon plus grand bonheur, pour ma plus grande délivrance.

 

Aujourd’hui, j’ai cessé d’aller la voir. J’ai eu besoin de recul et surtout, de m’éloigner de moi-même ; faire des introspections est fatiguant, mais nécessaire, voire vital. Quand bien même, j’ai eu besoin de légèreté et de vivre à nouveau ce vers quoi me guide ma nouvelle énergie.

 

Comprendre, digérer, accepter est une chose. Mais il est essentiel de bien l’avoir intégré.

Je sais que je ne suis pas à l’abri et que j’ai toujours besoin de faire des retours sur moi-même.

 

J’ai appris surtout qu’il faut être à l’écoute de son corps, qu’il faut connaître ses limites et que se faire respecter, ça s’apprend.

 

Exister en vivant et en réalisant ses propres désirs, c’est un travail de longue haleine. Et quelquefois, il faut passer par des épreuves aussi dures que le burn-out pour reconnaître que l’on n’était pas sur le bon chemin.

 

Aujourd’hui, je suis en bonne voie, car à jamais plus proche de ma voix intérieure !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Steph-Anne - dans Mon témoignage
commenter cet article

commentaires

Burn-Out: Témoignage

  • : Témoignage d'un Burn-Out confirmé et d'une Renaissance à la Vie
  • : Au mois d'avril 2006, à 34 ans, j'ai été victime d'un Burn-Out professionnel complet. Aujourd'hui, j'en suis sortie, avec le sentiment de vivre une vraie renaissance à la vie: le souffle de la deuxième chance! C'est dans cette perspective que j'ai créé ce blog, afin de livrer un message d'espoir pour ceux et celles qui sont victimes de l'épuisement professionnel: "Il y a une vie après le burn-out, pleine de surprises et de bienfaits!". Mon conseil: "Lâchez prise!".
  • Contact

Burn-out Conférences

Rechercher

Best-Seller en Suisse