Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 16:30
Être déstructurée, c’est comme perdre le fil de soi : on n’est plus du tout recentré sur ses propres désirs. C’est une réelle rupture entre l’esprit, ses désirs profonds et le corps.

 

Le mental écrase la dimension du corps. C’est l’entrée dans un cycle infernal, au détriment du bien-être physique.

 

On est d’autant plus en rupture que l’on n’écoute pas les signes qu’envoie le corps.

Bien au contraire, on les ignore et on les fait disparaître à coup de substances destinées à booster le tonus, telles que café, alcool, drogues diverses. Et ainsi, on continue à se malmener inconsciemment.

 

L’approche de la vie se fait uniquement sur le plan mental. Ceci peut être le résultat d’une éducation et d’un trait spécifique de la personnalité qui accepte de fonctionner de cette façon.

 

Reconsidérer la dimension du corps, c’est:

-          apprendre à respirer, à souffler

-          apprendre à méditer

-          apprendre à faire un effort physique

-          apprendre à reposer le corps aussi

 

C’est Apprendre à vivre son quotidien en redonnant une place à l’expression du corps et à son bien-être. Être à l’écoute de ses sensations, de ses angoisses, de ses maux.

 

Ce qui me paraissait anodin et bénin prend toute son importance aujourd’hui.

 

J’ai eu manifesté :

-          des bouffées d’angoisse

-          des céphalées

-          des maux de dos à ne plus pouvoir marcher

-          des sensations d’oppression

-          des névralgies dentaires….et j’en passe

 

J’ai supporté tout cela comme si c’était normal. Le corps m’alertait de façon périodique et spontanée pour enclencher un rythme d’alerte de façon plus régulière et significative.

A chaque fois, je m’en remettais. Un peu de repos, un remède médical, des médicaments et hop, le tour était joué ! Ce que je n’ai pas compris, c’est que en soignant les symptômes, j’étouffais l’origine du mal-être et du problème de fond.

 

Ainsi, je ne me confrontais pas à la réalité, à moi-même. Je n’ai pas compris que je n’étais pas sur le bon chemin. Je ne me suis donc pas tout de suite remise en question. Je n’ai pas su écouter mon corps et initier un réajustement dans mes comportements et dans mes attentes au quotidien.

 

Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir conscience de cette croyance qui dit que, quand on ne comprend pas la teneur et le sens des épreuves qui se présentent sur notre chemin, alors elles se répètent et se remettent au travers de notre route, jusqu’à ce que l’on comprenne et que l’on procède à un réajustement. 

Chez moi, les faits se sont répétés…jusqu’au drame…ça y est, j’ai compris à présent !!

 

J’ai tellement compris que jamais je n’ai été aussi proche de mon corps. En ce sens, c’est une très belle expérience : je me sens beaucoup plus libre, dégagée du poids de l’ignorance de retomber dans les travers de l’épuisement.

J’ai instauré une vraie discipline de vie en respectant scrupuleusement les appels du corps.

 

-          un coup de pompe ? je vais me reposer

-          des angoisses ? je m’applique à faire des exercices de respiration

-          irritée, énervée ? je sorts prendre l’air. Je vais marcher

-          les nerfs à vif, une contrariété ? je pleure. Je relâche l’émotion ; de cette façon, j’évacue les tensions accumulées.

-          Une insomnie ? j’apprends à relaxer et à vider ma tête soit en lisant, soit en écoutant de la musique, soit en faisant des exercices de respiration.

 

 

Cultiver la pensée positive est essentielle.

 

Je me donne le temps de considérer chaque message de mon corps.

Conscient et inconscient se concilient pour déprogrammer les anciens mécanismes

Et instaurer l’harmonie et la confiance en échange.

 

 

« Ce qui guérit, c’est l’harmonie »

Elisabeth Sombart

Pianiste, créatrice de la fondation Résonnance

Partager cet article

Repost 0
Published by Agathe - dans Mon témoignage
commenter cet article

commentaires

Burn-Out: Témoignage

  • : Témoignage d'un Burn-Out confirmé et d'une Renaissance à la Vie
  • : Au mois d'avril 2006, à 34 ans, j'ai été victime d'un Burn-Out professionnel complet. Aujourd'hui, j'en suis sortie, avec le sentiment de vivre une vraie renaissance à la vie: le souffle de la deuxième chance! C'est dans cette perspective que j'ai créé ce blog, afin de livrer un message d'espoir pour ceux et celles qui sont victimes de l'épuisement professionnel: "Il y a une vie après le burn-out, pleine de surprises et de bienfaits!". Mon conseil: "Lâchez prise!".
  • Contact

Burn-out Conférences

Rechercher

Best-Seller en Suisse